Avis d'expert

Comment investir dans la transition énergétique ?

Le 21/02/2019
Interview de Zoé Selves, gérante-analyste ISR et gérante du fonds LBPAM ISR Actions Environnement par Sébastien Racine, directeur adjoint de la Gestion sous Mandat de BPE et responsable Multigestion.

1. La Transition Energétique, thème d’investissement ?

La transition énergétique c’est le passage d’un modèle économique fortement consommateur d’énergies fossiles (pétrole, gaz, charbon), donc par nature limitées, à un modèle plus durable, voire « décarboné », faisant appel à des sources énergétiques diversifiées, renouvelables, moins centralisées, plus propres. Cette transition est inéluctable du fait de l'épuisement à terme des ressources fossiles et du  réchauffement climatique induit par les gaz à effet de serre.

Pour réussir cette transition, les besoins en financement sont colossaux et ont été au cœur des négociations de la COP 21. La transition énergétique est aujourd’hui plus qu’un thème d’investissement, c’est un devoir citoyen de la part de tous les acteurs, privés comme publics, pour mettre un terme à la hausse des températures et offrir des solutions innovantes.

2. Comment investir dans la Transition Énergétique ?

Pour schématiser, on peut le faire, soit en investissant dans des actions d’entreprises dont une part importante des revenus provient des solutions « vertes » (voiture électrique, fabricant d’éoliennes…), soit en finançant des projets  qui peuvent accompagner la transition énergétique et permettre de mieux maitriser les risques « carbone ».

Par exemple, on peut investir dans un fonds actions thématique qui  est composé d’entreprises développant des solutions, des technologies, des services pour faire face aux enjeux du réchauffement climatique. Chez LBPAM, nous avons identifié 6 thématiques pour y répondre: les bâtiments verts, l’économie circulaire, les énergies renouvelables, les services et solutions environnementaux, l’agriculture et l’alimentation soutenables et enfin les transports et la mobilité durables. Pour identifier les valeurs les plus probantes, nous utilisons à la fois des données quantitatives d’agences de notation environnementale et sociale (MSCI, Trucost) et des analyses qualitatives (brokers, analyse des métiers, rencontre avec les entreprises) afin de s’assurer qu’au moins 20% des revenus de l’entreprise proviennent de « solutions vertes ».

D’autres supports d’investissement existent pour financer la transition énergétique : des fonds d’infrastructures dédiés ou encore les obligations vertes. Ces dernières se distinguent des obligations classiques par un engagement de financer des projets « vert », par le fléchage des projets financés et par un reporting détaillé.

3. Quel intérêt présente ce type de fonds ?

On se demande souvent ce qu’on peut faire à l’échelle individuelle pour la transition énergétique : trier ses déchets, faire évoluer ses habitudes de mobilité, souscrire à un contrat énergie verte… et bien on peut aussi faire le choix d’orienter son épargne vers des solutions qui contribuent à limiter le changement climatique comme en investissant dans des fonds « verts » que l’on peut identifier en particulier grâce au label TEEC (Transition Energétique et Ecologique pour le Climat).

Bref, c’est orienter son épargne en lui donnant plus de sens tout en conservant un objectif de performance !

 

Les informations contenues dans ce document sont données à titre d’information uniquement. Elles ne constituent pas un conseil en investissement ni une recommandation d’investir.

 

 À suivre sur Twitter : @SebastRacine

 

Article rédigé le 20/02/2019